Le pouvoir du mental …

Comme nous nous en doutions tous, le mental a un pouvoir très puissant, et j’en veux pour preuve la dernière coupe de France qui a eu lieu au Chinaillon (Grand Bornand 74).
En effet, si on regarde les résultats, c’est impressionnant puisqu’à la suite de la coupe du monde de La Molina (où je n’ai pas brillé), mes performances étaient plutôt moyennes sur la coupe de France des Angles (2 secondes places et une victoire chez les skieurs assis et 2 troisièmes places et une seconde place au général), alors qu’hier, fort de mes jolies performances à Sestrière, je gagne le géant du matin avec 8 secondes d’avance sur le deuxième skieur assis et passe devant Laurent Caul Futy (vainqueur du général aux Angles) et remporte le slalom spécial de l’après midi avec une confortable avance aussi (mais je n’ai toujours pas les chronos pour le moment) sur mon collégue Franck Dhote et sur Laurent .
C’est donc plein de confiance en moi que je me prépare à partir à Solleftea (en Suède) pour la troisième étape de la coupe d’Europe, mais la première où j’ai la certitude qu’il m’est possible de faire une vrai performance !!! Wait and see …

 

 

 



Viva Italia

Bon, depuis que je suis rentré dans le top 10 de la coupe du monde de ski alpin en Italie, j’ai une folle envie d’y retourné : c’est pourquoi, j’irais voir un match de Ice sledge hockey jeudi à Pinerolo (à coté de Turin). Pour info, ce sera le premier match d’un tournoi international en vue du championnat du monde : République Tchèque Vs Italie



Enfin de retour au bercail …

Ça y est, après trois semaines de ski intensives me voilà revenu.

Tout d’abord, j’ai pris la route pour un stage avec l’équipe de France aux Angles le 7 janvier avec une première galère : la neige ! Certains diront que c’est une bénédiction, mais quand on reste bloqué plus de 3 heures sur l’autoroute suite à un carambolage, je vous assure que la neige est une galère. Bref, le stage s’est bien passé avec nos nouveaux entraîneurs : Pierre Bott de l’ENSA et Chouchou : Jean-Baptiste Chourré de l’ESF de Gourette. Après ces quelques jours d’entraînement, nous sommes arrivés en Espagne à La Molina pour la première coupe du monde de la saison, avec au programme 2 géants et 2 slaloms sur la fameuse piste où avait eu lieu la coupe du monde de ski alpin des féminines (valide) en décembre ; piste que je connais puisque je l’avais skié en coupe d’Europe l’an passé.
Je ne m’étendrais pas trop sur cette coupe du monde puisque le bilan est assez négatif : 22ème au premier géant, 21ème au deuxième et je ne finis aucun slalom spécial. Certes, la piste était assez difficile, mais elle l’était pour tout le monde : je repars donc de cette semaine de coupe du monde un peu affaibli psychologiquement. Je m’y étais préparé mais la claque est dure à prendre …
Ensuite, j’ai enchaîné avec la coupe de France des Angles le week-end du 17 et 18 janvier et cette récréation (la coupe de France ne fait pas parti de mes objectifs cette année, mais il est toujours agréable de se retrouver en Famille, avec tous mes potos du circuit et même un petit nouveau cette année : Olivier Guilleux) ne m’a pas tellement redonné confiance puisque cap’taine Fifi (mon pote de Grenoble Handisport mais néanmoins concurrent) me passe devant sur un des deux géants et sur le slalom spécial : belle !!!
Moi qui étais aussi venu pour me rassurer après cette première coupe du monde : c’est pas gagné et en plus, deux chutes viendront ternir ce week-end, une de Manu Senin (l’espagnol qui va vite) qui se révélera sans conséquence grave et une de Jean-Marc Deloy au cours du second géant : bilan un clavicule brisée en quatre morceaux (Courage et bon rétablissement). Malgré tout, je suis ravi d’avoir revu de nombreux coureurs et même René, un de mes sherpas des années précédentes.
Enfin, je pars pour Sestrière (Italie) pour la deuxième coupe du monde sur la piste des Jeux Olympiques de 2006. Cette fois, le programme est bien différent de ce que j’avais fait jusque là puisqu’il y a deux descentes (mes premières), un super combiné (super G et slalom) et un super G. Je connais la piste puisque je l’ai skié l’an dernier pendant les championnats d’Italie et je la redoute d’autant plus.
Pour ceux qui ne savent pas comment se déroule une épreuve de descente, il y a d’abord une reconnaissance (au ralenti) puis un entraînement chronométré et enfin l’épreuve de descente. J’me suis donc retrouvé lundi dernier sur la fameuse piste de descente à faire deux reconnaissances, on doit connaître la piste par coeur, puisque comme le dit Yohann, « en descente, il n’y a pas de place pour le hasard: le feeling oui, mais pas  l’improvisation ! », la chute peu être très dangereuse étant donné la vitesse qui doit avoisiner les 100 Km/h à certains endroits. Malheureusement, la météo nous empêchera de faire l’entraînement chronométré prévu et je rentre à l’hôtel la peur au ventre vu ce qui nous attend les prochains jours. Et justement le lendemain, il neige et l’entraînement prévu est annulé, je reste donc sur le stress de la veille malgré une journée de poker endiablée ! Ce n’est que mercredi que je me libère avec un premier entraînement encourageant puisque mon chrono n’est pas ridicule (même si ça ne veut rien dire, ce n’est qu’un entraînement) et j’ai véritablement éprouvé des sensations grisantes. Au départ de la course, j’ai peur mais je me sens prêt, la première parti de la piste se passe bien, il n’y a pas trop de pente, mais ça ne tourne pas beaucoup et par conséquent, je prend une vitesse de dingue ; la deuxième partie est plus technique, je resserre mes trajectoires par rapport à l’entraînement (sur les conseilles du coach Bott) et mes fesses aussi parce qu’arrivé au fameux Salto blue, j’me retrouve déséquilibré, en l’air et complètement sur l’avant, ce petit saut me parait durer une éternité mais ça replaque et la course continue et se termine sur une porte passée à fond dans le dernier mur. Résultat, 12ème à moins de 4 secondes du premier et des grosses montées d’adrénaline.
Le lendemain, je confirme en améliorant mon chrono d’une seconde (bon OK, le premier l’améliore de deux, mais c’est pas une raison…) à la descente ce qui me classe 11ème et on enchaîne avec un slalom spécial pour faire une épreuve de combiné. Le tracé n’est pas facile dans ce mur, mon passage n’est vraiment pas magnifique, mais comme le slalom spécial n’est pas la spécialité des descendeurs (n’est-ce pas Nico !) je gagne encore 3 places pour finir 8ème et fier de l’être !
La tempête de neige des jours suivants fera annuler les courses restantes aux organisateurs .
En tout cas, cette dernière coupe du monde m’aura permis de reprendre confiance en moi et me remotive à bloc pour la prochaine coupe d’Europe en Suède …

A suivre.



Kühtai, suite et fin de l’épopée autrichienne …

Suite à un début de semaine sans entraîneur ni tracé d’entraînement, vient enfin le 1er jour de course avec ses flocons de neige et sa mauvaise visibilité. Autant à Pitztal, la piste était plate, autant ici, elle est hyper technique (pleine de cassures : des plats suivis de pentes raides suivies de plats etc.) et longue, trop longue … Ils sont chiant ces coureurs, jamais content !!!
Je ne m’ éterniserais pas sur cette étape puisque sur les deux épreuves courus (la troisième étant annulé grâce à la météo), je suis complètement à la rue : désolé. En tout cas, je tiens à féliciter Jean-Yves Lemeur [2ème du spécial escroc (nouvelle discipline française) et 3ème du géant], Vinz (Monsieur Vincent Gautier-Manuel) qui lui, éclate tout le monde chez les debouts (2 victoires assez facile) et Lionel qui fait 2ème en géant, juste au cul du petit con … Cette deuxième étape autrichienne à surtout était pour moi, l’occasion de faire plus ample connaissance avec Jean-Yves Michellod (alias Docteur House), ce free-rider suisse vainqueur de l’X-Trême de Verbier et qui ne se prend pas la tête , en un mot : énorme …
Je vous laisse même son site en lien à droite tellement ce garçon m’a fait bonne impression (en soirée surtout …).

 



Ostereich …

Encore quelques petites news de mon séjour autrichien …

Finalement, l’organisation ne fera pas trois épreuves en une comme prévu la veille mais se contentera d’un super-G et d’un super combiné (super-G et slalom spécial).

 

Malgré une manche de super-G sans faute, je me retrouve 19ème à 8 secondes de Yohann Taberlet, mon compatriote et vainqueur de l’épreuve ; mon pote Nico lui, est deux secondes devant moi et Cyril Moré, deux secondes derrière. A ce moment, je suis assez déçu parce que je n’ai pas fait de faute, mais au vu du résultat, j’en conclu que c’était un super-G de poids lourd et me remet dans la course pour le spécial de l’après midi.
Pause au resto d’altitude, un peu trop longue, et je me fais refuser l’accès à la reconnaissance du slalom spécial pour 3 minutes … Ce qui me donne encore plus faim !!!
Donc, malgré un départ un peu laborieux sur le spécial, j’arrive à me mettre dans le rythme sans me mettre trop en danger (c’est mon premier super combiné, il faut marquer des points) et je reprend 9 places au classement, avec 104 points. Yohann veut arriver en bas, donc il assure sa manche et arrive 5ème, Nico tombe (sans commentaire) et Cyril fait une très jolie remontée au classement puisqu’il passe de la 24ème à la 12ème place grâce à sa manche de spécial.
Franck et Denis se loupent un peu sur le super-G, ils arrivent en bas, mais assez loin, Franck prend le départ du spécial mais ne fait pas mieux que le matin. Laurent Goubier fait 151 points en super-G (belle perf pour une deuxième coupe d’Europe) mais n’est pas qualifié pour la 2ème manche : dommage !



Trop de neige 2

Pour info, le slalom spécial d’aujourd’hui a été annule pour cause de chute de neige trop importante .
Donc, les autrichiens, en inventeur du ski,nous ont concocte une nouvelle surprise : demain, nous ferons deux manches de spécial et une manche de super G. Comme ça, nous aurons une épreuve de slalom spécial, une épreuve de super G et une épreuve de super combine : elle est pas belle la vie ! En plus, avec la rapidité de leur organisation, les derniers concurrents feront une nocturne …

A suivre



Le meilleur a gagne

Comme promis, me revoilà avec des nouvelles de la première course autrichienne.

Tout d’abord, nous [(les Pyrénéens : Greg, Laurent, Chouchou, Nico, Delf) et moi] avons découvert la piste mercredi. Comme d’habitude, la station de Pitztal nous a réserve une surprise puisque nous pensions skier sur la piste d’il y a deux ans, et finalement, on nous annonce que c’est la piste de l’autre cote du tire fesse (pour ceux qui connaissent), a savoir une piste plutôt peu pentue.

Après cette journée découverte, tout ce beau monde (les pyrénéens) et Denis sont partis au testing international : la, pas de grande surprise, Nico et Lolo reste dans leur catégorie, Delphine passe LW12.1 et Denis reste LW11.

Aujourd’hui, c’était Géant, slalom géant, même si celui ci ressemblait plus a un super G.
Après une reco avec Francis et Franck, je remonte au départ et sur le tire fesse, je vois Delphine tomber : pas top pour la confiance … Puis viens mon tour, pas de tomber, de partir et comme un âne, juste devant moi,  Nico fait une grosse graille au premier virage ou on apercevait un joli bourrelet et j’me dis : « c’est chaud » donc je fais une grosse graille pour rien, comme ça : cadeau ! Ensuite, j’enchaîne mieux mes portes, mais avec un petit doute quant a la maîtrise de mon nouveau ski et par conséquent, je ne me suis pas vraiment lâché et mon ski était un peu flou même si la fin du trace n’était pas piégeuse.
Résultat, je suis 13ème, a cinq secondes de Yohann Taberlet (1er français) et une seconde de mon poto Nico. Denis tombe a mi parcours, Cyril est une seconde derrière, Lolo tombe un peu plus tôt (1ère banane) et Francky lui rate carrément son départ et les commissaires de course ne veulent pas le laisser partir a la fin (vive l’Autriche et ses autrichiens)…
Deuxième manche, une petite reco avec Chouchou, nickel et arrive en bas, Yohann nous dit : »vous avez vu la grosse bosse a la quatrième porte ? » bien sur je n’avais rien vu de particulier même si j’avais remarque qu’on se ferait secouer sur les quatre premières portes ; et sur le tire fesse, je remarque qu’effectivement les coachs allemand sont en train de lisser au niveau de cette fameuse 4ème porte. Donc j’me met en mode assurance et je m’écarte franchement des 4 premières, ce qui me met en retard pour les suivantes jusqu’a ce que je reprennes confiance et que je finisse bien, mais le début de ma course est ratée. Je reste malgré tout 13ème et fais 99,71 points : objectif atteint, je fais tomber mes points de géant sous le seuil des 100 points permettant d’accéder en coupe du monde dans cette discipline.

Les conditions étaient autrichiennes : neige, froid, vent et peu de visibilité et la météo nous annonce la même chose demain pour le slalom spécial … A suivre



Enfin, les compétitions recommencent …

Après 23 jours d’entraînement (dont quatre stages avec l’équipe de France à Tignes), nous y voilà !!!

Demain, c’est le grand départ pour les deux premières coupes d’Europe autrichiennes avec au programme :
du slalom spécial, du slalom géant et du super combiné (une manche de spécial et une manche de super-G) à Pitztal et à Kuthai la semaine suivante. Bien sûr, ces courses sont hyper importantes puisqu’elles lancent la saison et sont ouvertes, c’est à dire qu’il y aura certainement des américains, des japonais, des coréens etc., bref, presque deux coupes du monde avant l’heure.

La saison dernière, je m’étais présentais à Pitztal avec 12 jours de ski dans les bras et un nouveau bob, autant vous dire que j’ai de grands espoirs de résultats pour ces premières courses même si je suis encore en période de test (nouveau ressort, nouvelle assise provisoire, nouveaux skis de géant donc pas mal de nouveaux réglages…), mais je ne préfère pas m’avancer à faire des pronostiques, puisque la saison dernière j’avais commencé à bien skier à partir du 30ème jour.

Pour l’instant, je me sens bien, mais avec ces deux courses autrichiennes, on ne sait jamais ce qu’il peut se passer.

Pour ceux qui seraient pressés de connaître les résultats, vous pourrez les trouver sur http://www.paralympic.org et pour les autres, vous devez attendre que je vous tienne au courant en revenant sur ce blog. Donc à très bientôt tout le monde et que le meilleur gagne !!!



Yes we can !

Un noir président des Etats-Unis …
Et pourquoi pas un Normand champion de ski assis !!!

Ils l’ont fait ! Au grand bonheur du reste de la planète, les américains ont élu un noir à la maison blanche et ont prouvé que « rien est impossible ».
Mais nous, les habitants du vieux continent; les donneurs de leçons; ceux qui « savaient » entre autre qu’il n’y avait pas d’armes de destruction massive en Irak, où en est on par rapport à cela ?
Certes notre président « Sarkosy  » nous a offert des ministres teintés ou devrais-je écrire teintées d’exotisme , voir d’érotisme car si on y regarde de plus près, ces ministres, mis à part Fadella Amara, sont des bombes sexuelles et les plus médisants d’entre nous pourraient croire à une opération marketing …
En fait, nous sommes très loin d’avoir un président noir !

Par contre, un Normand champion de ski assis, chez nous c’est possible !
Après deux stages avec l’équipe de France où l’ambiance n’était pas vraiment au rendez-vous et un week-end avec la nouvelle star Nimoise du ski assis et un champion Olympique, je pense que j’ai encore bien progressé. Non seulement j’ai travaillé ma technique de ski, mais j’ai aussi pris conscience que j’me faisait secouer comme un prunier à cause de mon amortisseur trop raide.
Reste maintenant à régler totalement ce problème technique en changeant de ressort (c’est fait depuis hier soir) et en trouvant de nouveaux réglages (ce sera fait le week-end prochain sur les pistes de Tignes) et à continuer de m’entrainer comme je le fait pour qu’enfin un Normand devienne champion de ski assis .

P.S. OK, Barack Obama n’est pas vraiment noir ; mais je n’habite plus en Normandie depuis 10 ans …



Y’a pas que le ski dans la vie !

Y’a aussi le hockey sur glace !!!

Malgré ma résistance au harcèlement des médias pour découvrir cette discipline au raz de la glace, un premier petit reportage est sorti …
En fait, je souhaitais que l’on soit un peu plus au point sur nos luges avant que les reportages sur les chaînes de TV nationale et locale sortent.
Et donc, je n’ai pas résister aux arguments de GreNews, petit journal Grenoblois qui voulais absolument avoir l’exclu pour nous voir au tout début et montrer l’évolution de notre équipe au fil des années, et par la même occasion, ne pas se faire taxer de copieur par les chaînes hertziennes (ha! la guerre des médias…).

C’est donc avec le plus grand plaisir que je vous donne le lien vers leur site internet où vous pourrez nous voir au milieu de leur web JT à la rubrique : Nouveau.

http://www.grenews.com/web-jt/journaux/le-webjt-du-14-octobre-08.html

DESOLE le lien ne fonctionne plus, grenews efface ses webJTs au fur et à mesure…

Bien sûr, ça ne va pas aussi vite que l’équipe nationale Canadienne par exemple, mais c’est parce que le journaliste avait peur de se faire renverser sur la glace ;-)



12345...9

UGSEL U.D.61 |
ST SULPICE BASKET |
Les Benjamins de Hélios Basket |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | les18dustade
| enforme
| tarassquentin