Petit souvenir de Val Thorens

Encore merci à tous les participants de ce super week-end de fin de saison.



Mieux vaut tard que jamais …

Ca faisait un bail que je voulais mettre ces liens en ligne, maintenant : c’est fait.

Dorénavant, vous touverez le blog de Loulou, Capt’n fifi et de Jean-Yves dans mes liens.
Concernant Jean-Yves, puisqu’il ne fait rien comme les autres (en fait, c’est les autres qui aimeraient faire comme lui), il y a deux liens, un vers son blog créé cette saison et qui sera suivi jusqu’aux Jeux Paralympiques de Vancouver en 2010, et un lien vers son site où vous trouverez son CV (non professionnel) et où, si vous cherchez bien, vous trouverez ses récits des deux derniers Jeux Paralympiques. Inutile de préciser que Jean-Yves écrit bien, puisque vous savez déjà qu’il a un livre à son actif …

A très bientot, et pour du ski nautique la prochaine fois.



Suite 2, enfin…

Après cette semaine de championnats de France, nous sommes partis (Grégouz et moi) en Espagne, histoire de conserver mes titres espagnol (triple champion d’Espagne : super-G, géant et slalom) et surtout de m’entrainer sur la piste de la finale de la coupe d’Europe à La Molina.
D’entrée, mis à part le report de la première épreuve pour cause de neige trop abondante, on nous annonce une mauvaise nouvelle : la piste du championnat d’Espagne ne sera pas celle de la coupe d’Europe;  pour moi, ce championnat perd tout son sens d’un coup … Résultat, je perds mes titres en géant derrière un américain et Manu Guillon et en spécial suite à une chute trois portes avant l’arrivée de la seconde manche mais ma tête est ailleurs : je ne pense plus qu’à cette finale (je préfère le préciser pour les bouches de vieilles qui auraient pensé que ma tête était du coté de Finette).
Final de la coupe d’Europe. 
Premier jour : 1er Super-G :
Le plafond nuageux est bas et la neige n’est pas terrible, un peu souple : ça va creuser !
La piste se divise en trois parties, la première est rapide et sans gros piège, mis à part une banane sur un dôme ; la deuxième partie est un mur, petit mais costaud, enfin la troisième partie est assez plate mais le tracé y est très tournant. J’avais déjà skié sur cette piste l’an dernier et m’étais laissé impressionner par ce mur très raide qui finalement passe plutot bien ; ça ne se passera pas comme ça cette année !!!
De plus, le petit Nicolas (Loulou pour les intimes) m’impressionne depuis le début de la semaine et je sens que ce genre de tracé engagé est fait pour lui, s’il arrive en bas il peut me faire mal, à l’égo surtout puisqu’il a commencé la compétition cette année.
Départ : j’ai la pression, même si je relativise : j’ai déjà mes points pour l’équipe de France, mais Jean-Yves est au départ et ce déglingo peut exploser le chrono ( il n’a pas refait de super-G depuis 6 ans en international et n’est pas là pour acheter du terrain !).
Bref, je pars plutot pas mal sur la première partie, arrivé à la banane, je calme le jeu, je ne veux pas jumper sur ce dôme au risque de tomber, à l’entré du mur, je remarque des grosses plaques de verglas absentes des reconnaissances, donc j’assure dans le mur et me lache dans le bas du parcours. Résultat : 12ème, en assurant c’est pas mal, mais y a toujours ce petit pincement au coeur qui te dit : « et si t’avais pas assuré … » qui me remotive pour le 2ème super-G, d’autant que le fameux Loulou m’a « niqué de plus de 2 secondes ! »
2ème Super-G :
Là, c’est la misère : il neige et le plafond qui était bas est tombé, et il y a un brouillard à couper au couteau, au point que l’entraîneur français (Pierre Bott que je salue et remercie), commissaire de course pour le coup a demandé aux organisateurs d’annuler mais il ne sera pas entendu.
Plus mon départ approche, plus le brouillard est dense et malgré ce que prévoit le réglement, je ne vois pas la troisième porte quand j’atteind le portillon de départ.
Finalement, on me bloque pour faire partir les peintres sur neige afin d’améliorer la visibilité mais quand je pars, c’est assez angoissant, à certains endroits du tracé, je ne vois pas la porte suivante jusqu’au moment où, sur la troisième partie, quelques portes avant l’arrivée, je vois les peintres dans la trajectoire qui n’ont pas fini leurs travaux et suis obligé de m’arréter pour ne pas en tuer un puisqu’ils ne m’ont pas vu.
Donc, grosse caillante sur le télésiége en combinaison et deuxième départ le couteau entre les dents du fait de la situation.
La piste est défoncée, la visibilité est meilleure mais c’est pas gagné, arrivé sur le dôme de la banane, je saute en pleine courbe (oups, j’avais pas vu !), j’me rattrape tant bien que mal mais ça continue. J’arrive dans le mur un peu calmé par ma petite cabriole et je me remets dedans sur la dernière partie. Résultat : 7ème, ma meilleure perf. en super-G, preuve que le mental joue pour beaucoup en ski…
2ème jour : slalom géant
Même piste, même neige : un peu glacé sur la première manche (surtout dans le mur) et trés souple sur la deuxième.
Bon, je suis un peu sur la retenue sur la première manche avec quelques erreurs sur la troisième partie , résultats 11ème de la première manche, c’est pas mal du tout et je décide de me lacher sur la deuxième.
Sur le second tracé, la piste est vraiment mauvaise, y a des trous partout sauf dans le mur où la glace est de plus en plus présente. J’me fait secouer dans tous les sens parce que je n’ai pas voulu changer mes réglages d’amortisseur mais je ne lache rien… Résultat : je reprend 4 coureurs et fini 7ème, j’en suis ravi même si Loulou a progressé plus vite que moi et termine 5ème : félicitation !
3ème jour : slalom spécial
Plus les jours passent, plus la neige est mauvaise.
Malgré une trés mauvaise première manche sur une piste que resemble à une patinoire, j’arrive 7ème, il faut dire que plus de la moitié des skieurs ne sont pas arrivés en bas !
Je pars donc assez perplexe pour la deuxième manche, la neige est vraiment pourrie mais il y a surement quelque chose à faire même si le 6ème est assez loin devant moi.
Au bout de quelques portes, j’me rend compte que ce sera très dur, je n’arrive pas à diriger mon ski et peu de temps après, je glisse sur une belle plaque de verglas et tombe juste avant le mur. Je repars pour la forme mais le coeur n’y est plus, j’ai déjà perdu beaucoup de temps. Résultats : 10ème, je ne me fais reprendre que trois places, je suis déçu, mais je m’attendais à pire…

BILAN :

Je suis plutot content de ma saison, même si je n’ai pas la coupe de France en individuel. Les résultats obtenus au cours des coupes d’Europe sont satifaisants et me permettent d’accéder à l’équipe de France ainsi qu’aux coupes du monde en spécial et en super-G la saison prochaine. A noter, je suis un vrai diésel, j’ai commencé à skier pour du vrai à partir de la Suède fin janvier, après environ 30 jours de ski, je skierais donc beaucoup plus dès le début de la saison prochaine.
Sinon, cette saison m’a permis de resserrer les liens avec certains coureurs et de découvrir Loulou (et Chouchou bien sur), qui sera un très bon conccurent pour l’année prochaine et que j’apprécie déjà énormément. 
Maintenant, il me reste le plus ingrat à faire : trouver de l’argent pour financer la saison prochaine, si vous avez des idées, n’hésitez pas à m’en faire part : je suis preneur.

Je tenais à remercier quelques personnes, parce que même si le ski est un sport individuel, il y a un vrai travail d’équipe en amont : gros merci à Grégouz pour commencer, il m’a soutenu et supporté tout au long de cette saison, merci à sa femme Linda de me l’avoir prêté, merci à Beb et Bibi pour leurs conseils et leur ouverture d’esprit, à Francis pour ses supers tracés d’échauffement, à mes sponsors bien sur, Rossignol pour les skis et FSK pour leurs services, et leur argent (ça m’a bien aidé) faut l’avouer, encore merci à papa : Pierre Tessier pour m’avoir fait confiance et m’avoir confié le SCARVER son nouvel engin, à Pierre Bott notre entraineur national (très efficace), à Jean-Yves (il saura pourquoi), à Guy et Daniel Martinon pour leurs services en coupes et aux championnats de France, à Manu Senin ainsi qu’à Finette et à tous les autres que je ne citerais pas parce que VOUS, mes lecteurs assidus, trouveriez ça trop lourd…
 



Suite

Nous en étions donc à la fin du championnat d’Italie le dimanche 9 mars.

 

Images :  Slalom spécial Sestriere 09.03.2008SestrièreAvec mon champion J.Y.L

J’en profite au passage pour remercier mon photographe, coach, sherpa et ami, et oui, on peut être tout cela en même temps, Grégouz.

Ce qui nous ammène  au 11 mars quand après une pause d’une journée (machine à laver), je commence un stage d’entraînement à Molines en Queyras où aurons lieu les prochains championnats de France. Ce stage, organisé par Manu Senin ;-) est exclusivement composé de skieurs nautique :
- Manouel Senin : le bienfêteur 
- Manu Guillon : mon rival en temps réel
- Delphine Le Sausse : bisou finette
et moi-même.
Donc, après une semaine de stage, j’arrive fin prêt et hyper motivé pour ces championnats de France.
Mercredi 19 mars, slalom spécial :
Le tracé est serré et piégeux, surtout les deux doubles dans le mur, longues et alignées en entrée et très serrées à la sortie. Tout va bien physiquement et psychiquement, je pars le couteau entre les dents : tout est possible, je vise la deuxième place, Jean-Yves est trop fort, mais trop généreux aussi … Aprés un bon départ, un mur pas mal malgrès des petites fautes dans les doubles, je tombe sur le plat aprés une dernière double mal négociée. Là, j’me dit que tout est fini, dommage, mais je ne veux me priver de seconde manche et je fini : 5ème, ça aurait pu être pire. Pour la deuxième manche, je pars sans pression, et j’ai faim, d’autant que Jean-Yves me donne une astuce pour mieux passer les triples, malheureusement sans entrainement, cette astuce me coûte quelques secondes dans la triple en bas du mur et malgré tout, je récupère la troisième place derrière Jean-Yves et michel : ouf, déjà un podium, je ne serais pas venu pour rien !
Jeudi  20 mars, slalom Géant :
La première manche parait très rapide, j’ai fait une bonne reconnaissance, mais je suis froid, j’ai pas fait de piste d’échauffement : ça craint.
Finalement, je m’en tire bien, troisième chrono derrière Jean-Yves et Yohann, mais Nico Loussalez n’est qu’à 12 centièmes : ce petit nouveau en dual a les dents longues et me fait une grosse impression depuis le début de la semaine. Ma deuxième manche n’est pas magnifique, mais j’arrive en bas, contrairement à Yo et Loulou qui m’offrent la seconde place. P’tite dédicace à Franck, qui après une première manche moyenne, récupère la troisième place et offre un podium supplémentaire à Grenoble Handisport.
Vendredi 21 mars, combiné Géant/Spécial :
Objectif, deuxième place pour les mêmes raisons, par conséquent, il faut que je prennes un minimum de seconde par Yo en géant pour lui reprendre en spécial.
Première manche sans surprise, Jean-Yves est devant à 3 secondes et demi et Yohann à 2.20s. Et malgré une belle manche de spécial, je ne récupérerais pas suffisament de temps à Yohann pour lui ravir sa deuxième place.

Bilan :
Deux semaines de ski dans un bel endroit, trois médailles : c’est plutôt positif …

A suivre …



Ca y est, la saison est terminée …

Enfin de retour, après un gros problème informatique et presque un mois de ski intensif.

Nous en étions resté à la coupe de France de Chamonix ; que de changement depuis…
Pour faire simple, je vais reprendre le mois de mars chronologiquement.

Tout d’abord, il y a eu la coupe de France de Notre Dame de Bellecombe où par une belle journée de pluie et de neige bien pourrie, j’ai presque perdu toutes mes chances d’être vainqueur de la coupe France au général malgrès une victoire sur l’épreuve. Effectivement, après ce mauvais week-end, seule une chute de Laurent Caul-Futy (leader de la coupe aux points) en final pouvait me placer sur la plus haute marche du podium.

La semaine suivante, faute de compétition nationale en France, je suis parti faire les championnats d’Italie à Sestrière sur la piste Olympique. Premier jour, Super-G : la piste me parait pentue, le tracé très tournant et j’me laisse impressionner par cette piste et ski sur la retenue : résultat, une quatrième place un peu amère puisque d’un coté, je baisse mes points de super-G avec une perf. à 117 pts et d’un autre coté, j’ai la frustration de celui qui pouvait mieux faire…
Le Géant du lendemain fut raté, 7ème position après une petite chute : manque de concentration et d’envie sur le parcours, je ne ferais pas plus de commentaire.
Enfin, le dimanche à Sestrière ce n’est pas le jour de mariage, mais bien celui de la sélection ! Après deux manches de Slalom Spécial pleines de « rebondissements » je fini sur la deuxième marche du podium avec environ 80 points FIS ce qui me permet de participer aux coupes du monde de la saison prochaine et d’intégrer l’équipe de France.

A suivre…



Le vent en poupe.

Décidément, le ski alpin handisport est actuellement très présent dans les médias, après TLM, TV8 Mont Blanc et Jaris TV, c’est au tour de France 5 de diffuser un reportage de 52 minutes intitulé : « Sois fort : deux frères dans l’épreuve » sur Yohann Taberlet et son frère Tony mardi prochain à 20h45. Certes, il semblerait que « c’est une façon différente d’évoquer le handicap » et le récit d’une histoire familiale mais nul doute qu’avec la famille Taberlet, il sera question de ski alpin handisport.
Et pour ceux qui ne pourraient être devant leur télévision mardi prochain, une rediffusion est prévue le jeudi 13 mars à 15h36, et cette fois-ci, vous ne serez pas obligé d’avoir la TNT pour apprécier ce programme.



Bonne nouvelle !!!

Pour ceux qui n’étaient pas au courant, lundi dernier la station de Peyragude (Pyrénés) initialement prévue pour l’organisation des championnats de France de ski alpin handisport du 16 au 21 mars 2008 a déclaré forfait pour la deuxième année consécutive faute d’un enneigement suffisant.
La bonne nouvelle, c’est que la station de Molines en Queyras reprend sur le fil cette organisation, certes un peu allégée puisque l’accueil se fera le lundi 17 mars au soir pour une séance d’entrainement le mardi, l’épreuve de slalom spécial se déroulera mercredi, le géant le jeudi et enfin, un combiné (géant et slalom) le vendredi comptant pour la coupe de France.
Félicitation à cette station qui, après avoir organisé une épreuve de la coupe du monde en janvier, reprend le championnat national sur le pouce.
Et en plus, c’est beau le Queyras …



Cham.

Comme je vous en avais parlé, samedi dernier, c’était l’avant dernière coupe de France à Chamonix. Le paysage se passe de commentaire :

The White MountLe Pic du Midi

Pour ce qui est de la compétition, c’était très intéressant, je fais deux secondes places en assis et, au scratch une deuxième et une quatrième place me rapprochant encore un peu du premier au classement coupe de France. Sinon, bien que me rapprochant doucement de Jean-Yves Lemeur, je pense que Manu Guillon a fait une de ses plus belle perf. en faisant un meilleur chrono en temps réel que moi pendant le second slalom. Félicitations aussi à Delph. qui après avoir éliminé deux de ses concurrentes, fini deux fois sur la plus haute marche du podium.

 

Slalom spécial Cham. 2008Merci à mon sponsor FSKPodium du 2ème slalom

 



Les enfants de la 7ème compagnie…

Hier, je suis allé skier avec des enfants (10 à 14 ans) de militaire en vacances dans le poste de montagne de la 7ème rmat (régiment de matériel je crois). Après avoir fait l’ouverture de leur Fléche, j’ai pu leur faire découvrir que même les personnes en fauteuil roulant pouvaient faire du ski et ainsi, contribuer à leur ouvrir l’esprit et les sensibiliser au handicap. Encore une fois, les enfants étaient très intéressés et enthousiastes de skier avec moi et m’ont posé moulte questions. J’espère que ce genre d’action contribuera à changer l’image des handicapés auprès de la population militaire comme civile.
Je devrais renouveler l’opération la semaine prochaine avec des enfants plus jeunes encore (de 6 à 10 ans) mais certainement pas moins exaltés.
Merci à Guy, mon coach de m’avoir donné ce plan.



TV 8 Mont Blanc

Je viens d’avoir l’info, TV8 Mont Blanc va diffuser un reportage sur la coupe du monde de Molines en Queyras qui a eu lieu en janvier dernier. Le reportage d’une petite demi-heure va passé demain, samedi 23 janvier à 21h25.
Voilà, maintenant vous en savez autant que moi.



1234567

UGSEL U.D.61 |
ST SULPICE BASKET |
Les Benjamins de Hélios Basket |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | les18dustade
| enforme
| tarassquentin