Vrai début de saison !!!

Tout d’abord, je tiens à remercier le groupe APICIL grâce à qui ma saison n’attaque pas que maintenant.
En effet, grâce à leur soutien financier, j’ai pu passer plus de 6 semaines sur le glacier de Tignes.
Six semaines avec Nico durant lesquelles il s’est passé énormément de chose : on a bossé, pris du plaisir, il y a eu des blessés, mais on a, je pense bien progressé : que ce soit physiquement, techniquement et mentalement puisque pour la première fois, nous avons vu régulièrement une sophrologue (Marie Le Ray pour ne pas la citer) durant les stages avec l’équipe de France.

Ce que je retiens de ces six semaines :
- la grosse journée de poudreuse après 15 jours de glace vive (voir la vidéo ci-dessous).
- la blessure de Denis qui repousse sont retour sur le circuit à janvier.
- la collision de Nico (Bérejny cette fois) avec une petite skieuse de Font Romeu.
- Et ma séance individuelle de sophro au cours de laquelle Marie m’a fait prendre conscience, un peu malgré moi puisque je me le caché à moi-même, que ma plus grosse lacune était la confiance en moi … Je ne m’éternise pas la dessus puisqu’on a chacun ses problèmes, les miens ne regarde que moi et si vous voulez connaître les vôtres, allez voire un sophrologue.

Image de prévisualisation YouTube

Pour ce qui est du « Vrai début de saison », la première coupe d’Europe s’est plutôt bien passée pour moi à Pitztal en Autriche.
Tout a débuté par une première course internationale ne comptant pas pour la coupe d’Europe jeudi, un slalom géant où je n’ai vraiment pas brillé en première manche puisque je tombe deux fois, mais le fait de repartir après chaque chute me permet de prendre le départ de la seconde manche et là, c’est une autre histoire : je pars complètement relâché  et fais un temps canon à un demi seconde derrière le vainqueur de la coupe du monde de l’an dernier, le fameux Martin Braxenthaler.
Vendredi, après une première manche honorable, la course est annulée à cause de la météo et de la visibilité extrêmement mauvaises.
Enfin samedi, c’est la bonne, la météo n’est pas top, mais on cours quand même ; je suis dans un bon état d’esprit après mes deux bonnes dernières manches ; concentration et visualisation sont les maîtres mots dans ma tête … Ma course se déroule sans accroc, mais à l’arrivée, j’ai l’impression que je ne me suis pas suffisamment mis en danger pour faire un bon chrono et pourtant, je suis 4 ème de la manche (ma meilleure perf. surtout avec des japonais et des coréens au départ). Et là, le doute s’installe pour la seconde manche : attaquer au risque de tout perdre en cas de chute ou assurer ma qualification pour les épreuves techniques de coupe du monde …
Finalement, je décide d’assurer, mais je suis un peu vexé de perdre tant de place et de seconde, j’arrive 8ème ! Mais qualifié et finalement heureux de ce que j’ai fait (ha, la sophro, quand tu nous tiens !).
Dimanche, cette fois, la météo est parfaite : ciel bleu, bonne visibilité et froid intense (-24°C avant que le soleil se lève sur le sommet de la piste) sont les conditions idéales pour le super-G qui nous attend. Bien qu’ayant passé une toute petite nuit, je me sens l’âme d’un guerrier ce matin même si je sais qu’il ne faut pas tomber pour assurer une qualification sur les épreuves de vitesse en coupe du monde. Je pars confiant et tout se passe relativement bien, comme je l’avais imaginé à la reconnaissance en tout cas car à l’arrivée, j’ai quand même 4.06 secondes de retard. L’objectif est atteint puisque ça me permet de me sélectionner de justesse, mais je prend conscience que pour être performant, il faut que je me mette plus en danger …

Le bilan de ce début de saison est positif puisque le travail à payé, ce dont je doutais il n’y a encore pas si longtemps. J’ai d’ores et déjà rempli mes premiers objectifs (les qualifications), ce qui me permet sur les prochaines courses de me mettre plus en danger (à la limite de la chute) pour élever encore mon niveau !

Prochain rendez-vous jeudi prochain pour la deuxième étape de coupe d’europe autrichienne à Kühtai.

 



Prémonition ?!?

Regardez moi ça, je viens de trouver cette petite vidéo sur Paralympic Sport TV (dans mes liens à droite) et ça m’a fait quelque chose : même les Canadiens me voient aux Jeux Paralympiques et me diffusent sur leur vidéo de présentation du ski alpin handi aux cotés de Christoph Kunz, Thomas Nolte et Claudia Loesch entre autre …

http://www.vancouver2010.com/en/news/podcasts/-/66608/32584/15h3a3o/index.html



Doctor House

Pour tout ceux qui ne seraient pas fan de TF1, ni même de la série Dc House, pour tous mes lecteurs qui ne naviguent pas non plus dans mes liens, je vous ai dégotté une petite vidéo qui fait vraiment plaisir …

Et oui, notre doctor House à nous, Jean-Yves Michellod le skieur libre (le parafreerider comme il aime se qualifier) a gravi le Mont Blanc ce printemps, et l’a descendu en « skibob ». Et la télévision Suisse, étant plus ouverte que la notre, lui a consacré un reportage et une interview sur la plus grande chaine (la TSR1)…

Certes, il n’est pas le premier à l’avoir fait, notre Jean-Yves national l’a précédé, mais lui est blessé médullaire et il l’a descendu …

http://www.tsr.ch/tsr/index.html?siteSect=500000#channel=sport;vid=10794358

 



Stage indoors

Déjà deux jours que nous sommes revenu du snowhall d’Amnéville en Moselle.
Il parait que ce dernier est le plus long du monde, et malgré le peu de pente, Pierre Bott, notre entraineur, a su nous faire des tracés intéressants.

Au programme, deux séances de deux heures par jour, avec lundi et mardi du slalom et de nombreux sauts avec mon poto Jean-Yves et mercredi du géant (comprenant deux sauts dans le tracé) et du slalom.

Et pour vous, mes chers lecteurs, voici deux vidéos : l’une filmée par Pierre et montée par mes soins, et l’autre est un reportage de Amnéville TV…

Voilà …

Image de prévisualisation YouTube

 

http://www.regie-amneville.com/atv/vod/visio.php?id_video=467

Bilan, tout le monde s’est bien amusé et a bien travaillé :
- Jean-Yves nous a encore fait de belles démonstrations,
- retour de Denis qui au fur et à mesure des descentes et des réglages retrouve ses marques,
- Yohann se transforme en slalomeur, en fait il travaille le slalom comme un dingue afin d’être performant en super-combiné (super G + slalom),
- Delphine elle, fait de gros progrès et skie maintenant dans le bon sens,
- et moi, je suis mon chemin, je travaille mes trajectoires, ma technique et mes postures essentiellement …



Nouveau sponsor !!!

Après avoir fait une première demande refusée la saison dernière, ça y est, APICIL m’accueille cette année dans son team.

La APICIL DREAM TEAM compte 7 handisportifs de haut vol dont Romain Riboud en ski alpin handisport.
Mais comment parler de la dream team sans parler de tonton : DENIS BARBET.
Dernier médaillé paralympique en ski assis français (le bronze en descente à Turin) et surtout, champion paralympique de slalom à Salt Lake City en 2002 , Denis est un pilier de l’équipe de France et mon gourou (il fera certainement l’objet d’un futur article).
Je tâcherais donc de lui faire honneur au sein de cette équipe, en ayant les meilleurs résultats possibles et surtout en gardant un bon esprit !

Voilà, un gros MERCI à Mireille SALIBA du groupe APICIL et à Denis qui me permettent de continuer l’aventure
Bien sûr, vous retrouverez un lien à droite vers leur site internet.

 

Mon nouveau sponsor

 

 

 

 



Nouveau programme

Vu l’état actuel des glaciers français, il nous est impossible de nous entrainer pour l’instant, l’accent est donc mis sur la préparation physique ; prochaine entraînement dans le Snowhall de Amnéville à partir du 13.

Mais revenons à nos moutons, la page agenda a été mise à jour pour ceux que ça intéresse …

Nouveau programme aussi en hockey sur glace, puisqu’en plus de la séance du lundi (de midi à quatorze heures), nous avons obtenu une séance d’une heure le dimanche de 18 à 19 heures grâce à notre collaboration avec les bruleurs de loups.
Encore un grand merci à eux et profitez-en pour venir nombreux vous essayer ou tout simplement observer cette nouvelle activité handisport.



Petit retour sur la fin de saison dernière …

Avec la fin des vacances, de mes vacances , comme vous l’avez constaté dans l’article précédent , voici mon retour sur ce blog.

Nous en étions aux coupes de France de Combloux et Chamonix ; il s’est passé énormément de choses depuis … (dont le don du trophée Sébastien RUNG à Jean-Yves Le Meur lors de son anniversaire au mois de mai : c’est ma façon de le remercier de nous tirer vers le haut et de le féliciter pour sa seconde place en spécial aux championnats du monde en Corée pendant que je gagnais ce trophée à Cham.).

Une semaine après cette épreuve chamoniarde donc, nous partions au Canada pour une coupe du Monde sur la piste des Jeux Paralympiques de 2010 (10 jours),  deux jours après, nous étions à Molines en Queyras pour les championnats de France (4 jours) et enfin, deux jours plus tard nous étions à Jasna en Slovaquie pour la finale de la coupe d’Europe : autant dire que nous n’avons pas chômé en cette fin de saison.

 Vancouver :
VancouverLes fameux totems avec Céd.Sur la route de Whistler

Après plus de 20h de transport, nous voilà au Canada dans cette magnifique ville de Vancouver qui accueillera les Jeux l’année prochaine ; mais nous ne sommes pas au bout de notre voyage puisqu’il nous faut rejoindre la station de Whistler à 1h30 de route de là.
Et à Whistler, c’est chaud malgré le froid ambiant (-30° perçu) puisque la piste qui nous attend est très engagée. Pour preuve, dès le premier entraînement chronométré, je suis flashé à plus de 101 km/h sur la partie la plus rapide du tracé (félicitation à Nico Loussalez qui prend directement 116,9 km/h, la vitesse la plus élevée des skieurs assis de toute la semaine).

Petit extrait vidéo de mon deuxième entrainement de descente :
Image de prévisualisation YouTube

Je ne m’attarderais pas sur cette coupe du monde, parce qu’elle a été assez difficile à vivre pour moi : « j’ai pris une vraie leçon de ski ! »
Mais cette leçon est bénéfique puisqu’elle me remet les pieds sur terre et nous montre où en sont les autres nations …

 

Molines en Queyras :

 

Comme l’an dernier, les championnats de France ont lieu dans cette petite station des Alpes du Sud. Mais les années se suivent et ne se ressemblent pas :
- d’une part, cette année nous avons droit au Super-G
- d’autre part, cette station qui m’avait réussi l’an dernier m’a un peu moins sourit cette année.
Super-G : malgré une reconnaissance tout seul, je me laisse impressionner par mon capitaine (malgré lui) qui pense que la piste est dangereuse et j’arrive 4ème après avoir trop assuré.
Super-Combiné : comme la veille, je ne fais pas un super-G terrible et reste derrière Cyril (mon concurrent direct) après le slalom pour conserver ma 3ème place au championnat.
Slalom Spécial : après un gros raté (sorti de triple bien décalée) sur la première manche, je me rattrape sur la deuxième mais ça ne suffit pas pour monter sur la boite.
Slalom Géant : encore une première manche un peu timide et une seconde plus engagée mais qui ne rattrape pas la première et c’est la deuxième médaille en chocolat …

Bilan, malgré des résultats très mitigés certainement dû à un manque de confiance (accumulé la semaine précédente ), je ressors de ces championnats plutôt content, puisqu’enfin tonton (Denis Barbet) est de retour et en meilleure forme et je signe tout de même deux secondes manches (en slalom et en géant) très intéressantes pour la suite.

Finale de la coupe d’Europe
Jasna (Slovaquie) :

Pour cette dernière épreuve de la saison, il faut bien avouer que tous les meilleurs dont notre capitaine, n’étaient pas là.
1er super-G : 5ème derrière Yohann et Cyril. Bien que ce soit ma meilleur place pour l’instant en coupe d’Europe, je suis un peu déçu d’être encore derrière mon concurrent direct mais assez content de n’être qu’à 1,2 sec du premier et de prendre 38 points FIS-IPC et de m’être fait plaisir sur la piste.
2ème super-G :  4ème toujours derrière Yohann, mais cette fois, devant Cyril. Bien que je sois un peu plus loin au chrono du 1er, j’me suis encore bien fait plaisir et j’ai pris des bons points.
Super-Combiné : encore 4ème , deux médailles en chocolat le même jour , c’est dur, très dur ! Malgré ma légère avance (0,5 sec ) sur Cyril après la manche de super-G, celui-ci signe le meilleur temps de la manche de spécial et me passe devant …
Slalom Spécial : là, c’est moi qui suis chaud, piqué au vif par mes deux places du c.. de la veille et bien décidé à monter sur le podium pour la première fois en coupe d’Europe. Mais ce n’est vraiment pas mon jour, parce qu’après une faute dans la première manche, je suis gêné par un concurrent tombé et n’arrivant pas à se relever dans la deuxième et m’arrête pour prendre un second départ quand un des juges de course me disqualifie estimant que je n’étais pas gêné par ce concurrent qui était par terre.
Géant : annulé pour cause de pluie trop abondante.

 



En juillet, fais péter !

Depuis que je fais du ski assis, c’est la première fois cette année que nous recommençons le ski en été : déjà deux stages effectué à Val d’Isère sur le glacier de Pisailla (à gauche quand on arrive sur le col de l’Iseran).
Pourquoi ?!? Certainement parce que les Jeux Paralympiques approchent à grands pas (plus que 8 mois) et surtout parce que nous avons depuis peu un vrai entraîneur !
Bien sûr, les « bouches de vieilles » diront que Pierre BOTT (l’entraîneur en question) n’a jamais été entraîneur avant ou que le ski handi français s’en sortait bien sans lui …
Certes, l’équipe de France de ski handi a performé aux derniers Jeux à Turin en 2006 comme rarement auparavant, mais le contexte a bien changé depuis et le niveau de performance des skieurs mondiaux à énormément grimpé avec des nations comme le Japon ou le Canada qui comptent désormais des professionnels dans leur rang.

Bref, l’arrivée de Pierre donne une nouvelle dynamique à cette équipe qui en avait bien besoin . Merci à lui et au reste du staff (Hervé et Christophe entre autre).

Voici deux vidéos qui en témoignent :

Image de prévisualisation YouTube
Entraînement Slalom Géant, commentaires de Pierre

Image de prévisualisation YouTube
Entraînement Slalom Spécial

 

 



Coupe de France

Faute de podium en coupe d’Europe, je me rabat sur les coupes de France, je me venge même !
 

Combloux :

Seule étape de la coupe de France présentant deux super-G, Combloux est une coupe de France que j’apprécie particulièrement, surtout quand le beau temps est de la partie.
Et cette année, c’était la cas sur la première épreuve qui nous a réservé bien des surprises puisqu’à l’arrivée, c’est Manu Senin (l’Espagnole Nimois) qui prend la première place avec plus de 2 secondes d’avance sur moi et une demi seconde sur Cédric Amafroit qui était particulièrement vexé de « se faire battre par un fauteuil ! ».
La deuxième manche ne fut pas triste non plus puisqu’à l’arrivée, on avait l’impression que les chronos étaient aléatoires tellement « le classement traditionnel » était chamboulé.

Ce n’est qu’à la remise des récompenses qu’on a eu les vrais résultats et à ma grande surprise, je gagne les deux épreuves en catégorie assis, ravi et un peu déçu pour Manu.

Chamonix : 

Après la vitesse à Combloux, Chamonix et son trophée Sébastien Rung nous propose deux épreuves de slalom spécial sur le stade des Planards. Une fois encore, la météo était magnifique et l’épreuve très bien organisée.
J’avais à coeur de remporter cette course parce qu’à l’issue de celle-ci est attribué le trophée Sébastien Rung (trophé remis en jeu tous les ans et acquis définitivement après 3 victoires consécutives) au meilleur skieur et l’an dernier, Jean-Yves se l’était fait voler par un skieur sourd dont les chronos ne sont pas adaptés aux nôtres (si vous n’avez pas compris cette phrase, écrivez moi un commentaire et je m’attarderais sur le sujet).

Je prend donc le départ de la première manche le couteau entre les dents, tel un guerrier avec cette phrase mythique en tête, que m’a soufflé Francis en Suède : « Tu vas leur marcher sur la gueule !!!« . Et ça a marché, puisque j’arrive en bas avec plus de 2 secondes et demi sur le deuxième temps scratch… Ensuite, j’ai géré la seconde manche.
Enfin, sur la deuxième épreuve, je n’ai pas de bonne impression sur aucune des deux manches, mais j’arrive 1er quand même : Ouf ! Le trophée est à moi cette année …

dsc00972.jpg

 

P.S. Bien sûr, le grand patron du slalom handi Français (J-Y Lemeur) n’était pas là et c’est pour ça que je lui dédicace ce trophée ; sachez que pendant que je m’amusais à Chamonix, le boss faisait une deuxième place aux championnats du monde en Corée !

P.P.S. A l’issue de la coupe de France de Chamonix, je prend la tête du classement provisoire de la coupe de France.



Suède is dead …

Comme je l’avais écrit dans mon précédent article, je suis parti en Suède (3ème étape de la coupe d’Europe) hyper confiant et motivé, en effet mes performances en coupe de France m’avaient mis le capital confiance à 150% et j’avais entendu des bruits de couloir annonçant que les Autrichiens seraient absents de cette épreuve : je partais donc pour un podium !
« Malheureusement » ils étaient là et bien là puisqu’ils prennent toutes les places des podiums sur les deux premières épreuves (slalom).
Personnellement, après une 10ème place un peu décevante le premier jour, je prend la 7ème place du second slalom avec une belle deuxième manche et améliore mes points : je reste déçu malgré tout !

Le Géant fût une autre histoire, le suisse Christopher Kuns survola l’épreuve avec plus de 5 secondes d’avance sur le second à l’issue des deux manches, et moi, et bien je fais une petite dixième place. Le lendemain, pour le second géant, Christopher enrhûma encore tout son petit monde et j’ai enfourché à la quatrième porte.

En un mot : dommage …



12345...7

UGSEL U.D.61 |
ST SULPICE BASKET |
Les Benjamins de Hélios Basket |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | les18dustade
| enforme
| tarassquentin