Coupe de France

Faute de podium en coupe d’Europe, je me rabat sur les coupes de France, je me venge même !
 

Combloux :

Seule étape de la coupe de France présentant deux super-G, Combloux est une coupe de France que j’apprécie particulièrement, surtout quand le beau temps est de la partie.
Et cette année, c’était la cas sur la première épreuve qui nous a réservé bien des surprises puisqu’à l’arrivée, c’est Manu Senin (l’Espagnole Nimois) qui prend la première place avec plus de 2 secondes d’avance sur moi et une demi seconde sur Cédric Amafroit qui était particulièrement vexé de « se faire battre par un fauteuil ! ».
La deuxième manche ne fut pas triste non plus puisqu’à l’arrivée, on avait l’impression que les chronos étaient aléatoires tellement « le classement traditionnel » était chamboulé.

Ce n’est qu’à la remise des récompenses qu’on a eu les vrais résultats et à ma grande surprise, je gagne les deux épreuves en catégorie assis, ravi et un peu déçu pour Manu.

Chamonix : 

Après la vitesse à Combloux, Chamonix et son trophée Sébastien Rung nous propose deux épreuves de slalom spécial sur le stade des Planards. Une fois encore, la météo était magnifique et l’épreuve très bien organisée.
J’avais à coeur de remporter cette course parce qu’à l’issue de celle-ci est attribué le trophée Sébastien Rung (trophé remis en jeu tous les ans et acquis définitivement après 3 victoires consécutives) au meilleur skieur et l’an dernier, Jean-Yves se l’était fait voler par un skieur sourd dont les chronos ne sont pas adaptés aux nôtres (si vous n’avez pas compris cette phrase, écrivez moi un commentaire et je m’attarderais sur le sujet).

Je prend donc le départ de la première manche le couteau entre les dents, tel un guerrier avec cette phrase mythique en tête, que m’a soufflé Francis en Suède : « Tu vas leur marcher sur la gueule !!!« . Et ça a marché, puisque j’arrive en bas avec plus de 2 secondes et demi sur le deuxième temps scratch… Ensuite, j’ai géré la seconde manche.
Enfin, sur la deuxième épreuve, je n’ai pas de bonne impression sur aucune des deux manches, mais j’arrive 1er quand même : Ouf ! Le trophée est à moi cette année …

dsc00972.jpg

 

P.S. Bien sûr, le grand patron du slalom handi Français (J-Y Lemeur) n’était pas là et c’est pour ça que je lui dédicace ce trophée ; sachez que pendant que je m’amusais à Chamonix, le boss faisait une deuxième place aux championnats du monde en Corée !

P.P.S. A l’issue de la coupe de France de Chamonix, je prend la tête du classement provisoire de la coupe de France.



5 commentaires

  1. oliv 5 mars

    tu vas finir champion de france trop la classe

  2. Finette 23 mars

    Et le Canada ??? Et les Championnats de France ??? Et la Slovaquie a venir ??????
    Si on te vois pas un peu on est au courant de rien !!!
    Biz

  3. Max 3 avril

    JoliS résultatS M’sieur

  4. CARMENA 29 septembre

    Jean-Yves se l’était fait voler par un skieur sourd dont les chronos ne sont pas adaptés aux nôtres (si vous n’avez pas compris cette phrase, écrivez moi un commentaire et je m’attarderais sur le sujet).

    Bjr j ai lu vos com, et j ai pris l extrait del un de vos com, que voulez vous dire « se faire voler par un skieur sourd dont les chronos ne st pas adaptés aux votres? C’st a dire qui, merci…

  5. Fréd 29 septembre

    Bonjour Carmena,
    Tout d’abord, je tiens à dire que ça me fait plaisir que quelqu’un réagisse sur ce sujet et j’étais très étonné que personne ne le fasse avant …
    « Jean-Yves se l’était fait voler par un skieur sourd dont les chronos ne sont pas adaptés aux nôtres » : pour expliquer cette phrase, il faut que je reviennes aux fondamentaux.
    Sur le classement général des coupes de France de ski alpin, toutes les catégories de handicap (assis, debout, déficient visuel) concourent ensemble, et pour que les chronos soient plus justes, on attribut un coefficient régulateur en fonction du handicap, en effet, une personne debout est en général plus rapide qu’une personne assise ou qu’une personne non voyante. Pour affiner encore cela, il y a différents coefficients dans chaque catégorie (une personne complètement aveugle ne peut pas être aussi rapide qu’un mal voyant, un skieur assis ayant ses abdominaux serait avantagé sur un assis sans abdo).
    Et tout cela fonctionnait plutôt bien jusqu’à ce que les personnes sourdes et malentendantes courent avec nous .
    Ils n’y peuvent rien, les personnes déficientes auditive ont été intégrés à notre fédération sans que tous les coefficients soient révisés. Et malheureusement, pour eux et pour nous, ça n’est pas prêt d’être le cas, puisque la fédération international n’a pas encore intégré les sourds.
    Voilà, j’espère avoir éclairci la situation et encore merci pour ce commentaire.

Laisser un commentaire

UGSEL U.D.61 |
ST SULPICE BASKET |
Les Benjamins de Hélios Basket |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | les18dustade
| enforme
| tarassquentin